Et si on faisait connaissance avec Virginie Gallezot?



Virginie est artisan céramiste installée à Strasbourg, adhérente à la FREMAA et aux Ateliers d’Art de France.

Pour Noël vous avez été nombreux à mettre sous le sapin les délicates créations de la charmante Virginie et je me suis dit que ce serait sympa que vous en sachiez un peu plus sur celle qui est tombée dans la terre dès sa plus tendre enfance!

Raconte-nous comment tout a commencé …

Quand j’étais enfant ma mère m’emmenait chercher de la terre dans le champ en face de chez ma grand-mère. On récupérait de la marne pour faire des tasses, plats, casseroles. On les laissait sécher mais on ne les a jamais cuites. Mon père les a encore je crois. En fait, j’ai toujours adoré les dinettes.


Pourquoi ce nom pour ta marque ?

Pour faire simple….


Que fais-tu en ce moment ?


Je suis en train de mettre au point des théières. C’est un bel objet, mais je n’avais pas encore pris le temps d’en fabriquer pour les vendre.


Tu nous emmènes dans ta bulle musicale ?

Je suis très radio, j’écoute FIP ou France musique en travaillant.

J’aime particulièrement Barbara Carlotti, Jeanne Cherhal, Mathieu Boogaerts et Devendra Banhart. Mais je crois que je préfère encore Bach et Chopin.



Quelle est la citation qui te vient à l’esprit ?

Une devise plutôt : « Ne fais pas aux autres ce que tu n’aimerais pas qu’on te fasse »



Jamais sans ton…… ?

Petit carnet pour noter des idées, inspirations.


Quels sont tes petits plaisirs de la vie ?

Il y en a beaucoup, des choses très simples :

un roman d’Aki Shimazaki, boire un thé dans une tasse fait main, tricoter, caresser un chat, ou même l’entendre ronronner, un bon repas, randonner, le silence.



Et pour terminer, quelque-chose à avouer ?


Je ne rate aucune rediffusion de Sissi.



MERCI VIRGINIE ♡ 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *